Zimmusic : Editeur de partitions gratuites

Flûte et piano

12 Partitions

272

Variations sur Greensleeves - Piano

Partition piano seul - Cette mélodie du temps d’Henri VIII d’Angleterre est idéale pour la variation. Celles de Vaugh William sont là pour le confirmer. Comme c’est un genre qui me plaît, probablement parce qu’il m’est plus facile, je me suis permis ces petites variations. J’ai essayé de les traiter sous la forme la plus polyphonique possible. Elles ont d’abord été écrites pour une violoniste, voilà 6 ou 7 ans, mais c’est jouées à la flûte que je les préfère. De plus, le timbre « violon », en solo, passe très mal sur ordinateur. Du moins sur le mien.

270

Printemps - Flûte

Partition flûte seule - Ce morceau, je l’ai écrit vers les années 1995. Le titre : Printemps. (Enfin, pour ce que ça veut dire…). A cette époque, je voyageais en train, tous les jours, pour me rendre à mon travail. Une heure de trajet. J’avais le temps de lire et d’écrire. Même de la musique. J’avais fait l’analyse harmonique d’une sonatine de Beethoven. Je me suis servi de cette marche harmonique pour écrire « Printemps ». J’ai allongé, ajouté des blocs entiers, changé la rythmique et le tempo. En fait, il ne reste que la structure, le squelette sur lequel j’ai remis une chair neuve et quelques dentelles. Caractère principal : Écervelé ! La musique Baroque est fondée sur l’indépendance des voix. A partir du 18e siècle, on accompagne une mélodie. Pour le Baroque, les voix sont toutes égales, tout le monde parle ensemble. On retrouve toujours cette façon de faire dans le jazz (Nouvelle-Orléans) et la musique Klezmer. « Printemps » est écrit dans ce style. Il y a 3 parties qui se querellent, se complètent, conversent, s’amusent. Trois parties, trois voix : guitare, timbre : Rain, et piano. Pour moi, c’est une pièce qui fait sourire et même rire. C’est aussi pour moi, un signe qu’elle n’est pas si mauvaise que ça.

155

Variations sur Greensleeves

Cette mélodie du temps d’Henri VIII d’Angleterre est idéale pour la variation. Celles de Vaugh William sont là pour le confirmer. Comme c’est un genre qui me plaît, probablement parce qu’il m’est plus facile, je me suis permis ces petites variations. J’ai essayé de les traiter sous la forme la plus polyphonique possible. Elles ont d’abord été écrites pour une violoniste, voilà 6 ou 7 ans, mais c’est jouées à la flûte que je les préfère. De plus, le timbre « violon », en solo, passe très mal sur ordinateur. Du moins sur le mien.

140

Printemps - Piano

Partition piano seul - Ce morceau, je l’ai écrit vers les années 1995. Le titre : Printemps. (Enfin, pour ce que ça veut dire…). A cette époque, je voyageais en train, tous les jours, pour me rendre à mon travail. Une heure de trajet. J’avais le temps de lire et d’écrire. Même de la musique. J’avais fait l’analyse harmonique d’une sonatine de Beethoven. Je me suis servi de cette marche harmonique pour écrire « Printemps ». J’ai allongé, ajouté des blocs entiers, changé la rythmique et le tempo. En fait, il ne reste que la structure, le squelette sur lequel j’ai remis une chair neuve et quelques dentelles. Caractère principal : Écervelé ! La musique Baroque est fondée sur l’indépendance des voix. A partir du 18e siècle, on accompagne une mélodie. Pour le Baroque, les voix sont toutes égales, tout le monde parle ensemble. On retrouve toujours cette façon de faire dans le jazz (Nouvelle-Orléans) et la musique Klezmer. « Printemps » est écrit dans ce style. Il y a 3 parties qui se querellent, se complètent, conversent, s’amusent. Trois parties, trois voix : guitare, timbre : Rain, et piano. Pour moi, c’est une pièce qui fait sourire et même rire. C’est aussi pour moi, un signe qu’elle n’est pas si mauvaise que ça.

136

Variations sur Greensleeves - Flûte

Partition flûte seule - Cette mélodie du temps d’Henri VIII d’Angleterre est idéale pour la variation. Celles de Vaugh William sont là pour le confirmer. Comme c’est un genre qui me plaît, probablement parce qu’il m’est plus facile, je me suis permis ces petites variations. J’ai essayé de les traiter sous la forme la plus polyphonique possible. Elles ont d’abord été écrites pour une violoniste, voilà 6 ou 7 ans, mais c’est jouées à la flûte que je les préfère. De plus, le timbre « violon », en solo, passe très mal sur ordinateur. Du moins sur le mien.

108

Printemps

Ce morceau, je l’ai écrit vers les années 1995. Le titre : Printemps. (Enfin, pour ce que ça veut dire…). A cette époque, je voyageais en train, tous les jours, pour me rendre à mon travail. Une heure de trajet. J’avais le temps de lire et d’écrire. Même de la musique. J’avais fait l’analyse harmonique d’une sonatine de Beethoven. Je me suis servi de cette marche harmonique pour écrire « Printemps ». J’ai allongé, ajouté des blocs entiers, changé la rythmique et le tempo. En fait, il ne reste que la structure, le squelette sur lequel j’ai remis une chair neuve et quelques dentelles. Caractère principal : Écervelé ! La musique Baroque est fondée sur l’indépendance des voix. A partir du 18e siècle, on accompagne une mélodie. Pour le Baroque, les voix sont toutes égales, tout le monde parle ensemble. On retrouve toujours cette façon de faire dans le jazz (Nouvelle-Orléans) et la musique Klezmer. « Printemps » est écrit dans ce style. Il y a 3 parties qui se querellent, se complètent, conversent, s’amusent. Trois parties, trois voix : guitare, timbre : Rain, et piano. Pour moi, c’est une pièce qui fait sourire et même rire. C’est aussi pour moi, un signe qu’elle n’est pas si mauvaise que ça.